Docteur Romuld de SOUZA ,une confiance renouvelée au sein du Centre international de Recherches

On se souvient encore de ce jeune Leader,Directeur de la Golden Consulting Group qui , de part son charisme et son éloquence arrivait toujours au bout de ses idées.
En 2010 il devient le conseiller juridique du groupe Nsia assurances,2012 il se retrouve à la tête du Centre international de Recherches et de sondage d’opinions dont le siège est aux états unis.
docteur en droit,il enseigne dans plusieurs universités africaines européennes et américaines.
Doyen toast master international ,il vient d’être reconduit pour un mandat de 2ans au poste de la présidence du centre international. Rappelons qu’il est aussi le directeur Afrique de ce même sens.
Dans sa lettre de reconnaissance il déclare :
Ambitieux, père d’une fille, pensera t-il un jour à briguer la présidence dans son pays? De tout évidence, les sondages restent encore positifs sur ce sujet.

Article rédigée par
Gwen MARTHIS

les reformes de la Cima

Agence Ecofin) – Le nouveau président de la Fédération des sociétés d’assurances de droit national africaines (FANAF), Adama Ndiaye, a annoncé la finalisation d’ici fin 2014 d’une nouvelle réforme portant sur la réglementation de l’activité de réassurance dans l’espace CIMA (Conférence Interafricaine des Marchés d’ Assurances). «D’ici la fin de l’année, une troisième réforme importante doit être finalisée avec la tutelle. Elle porte sur la réglementation de l’activité de réassurance », a-t-il affirmé dans un entretien publié le 1er avril par le portail spécialisé Argus de l’assurance.com.

«L’objet est de contrôler l’implantation et de cerner la solvabilité des réassureurs qui opèrent dans notre espace», a-t-il ajouté, indiquant que «l’amélioration des cadres juridique et réglementaire constitue la priorité de la FANAF ».

M. Ndiaye, qui est par ailleurs, président du conseil d’administration de la compagnie d’assurances sénégalaise Asma Vie, a également fait savoir que deux autres importantes réformes du secteur des assurances viennent d’être bouclées et doivent être adoptées d’ici quelques jours. La première porte sur le système d’indemnisation des préjudices corporels résultant des accidents de la circulation routière. Le dispositif existant sera amélioré par l’instauration de mécanismes permettant une prise en charge plus rapide des victimes et une indemnisation plus conséquente. La seconde réforme instaure un contrôle plus rapproché et une meilleure transparence dans la communication financière des sociétés.

Le président de la FANAF a, par ailleurs, fait savoir que la réforme des règles de souscription et d’encaissement des primes mises en œuvre en 2011 a permis d’assainir la situation financière des compagnies. «La réforme de l’article 13 du code Cima est sans nul doute l’une des plus importantes qu’a connue notre secteur. Elle a mis un terme aux pratiques de l’assurance à crédit. Avant l’adoption de cette réforme, les arriérés de paiement représentaient en moyenne 55% du chiffre d’affaires du secteur !  A la fin de l’année 2014, ils devraient représenter moins de 3%», a-t-il révélé. Et d’ajouter : «Désormais, les assureurs disposent des ressources qui leur permettent de jouer leur rôle. Il faut souligner que cette réforme n’a pas empêché le secteur de se développer. En 2012, première année de pleine application de la réforme, le chiffre d’affaires enregistré dans la zone Cima a augmenté de 11%, soit 1,1 milliard d’euros».

Selon M. Ndiaye, le dynamisme du marché des assurances dans la zone Cima est porté par la branche vie, qui, malgré sa modestie relative, a enregistré une progression moyenne de 9,6% par an au cours des 15 dernières années, pour atteindre un chiffre d’affaires de 343 millions d’euros en 2012. Les autres branches importantes sont l’automobile (304 millions d’euros), les accidents corporels et la maladie (195 millions d’euros) et l’incendie (129 millions d’euros).

Créée en 1976, la FANAF compte à la date du 31 mars 2014) 189 Sociétés membres, dont  49 Sociétés vie ; 119 Sociétés non vie, 18 Sociétés de réassurances et 3 fonds de garantie automobile (FGA) opérant dans 26 pays africains: Afrique du Sud, Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Centrafrique, Congo Brazzaville, Côte d’Ivoire, Gabon, Ghana, Guinée Conakry, Guinée Equatoriale, Kenya, Madagascar, Mali, Maroc, Mauritanie, Niger, Nigeria, RC Congo, Rwanda, Sénégal, Sierra Léone, Tchad, Togo, Tunisie.

Les reformes de l’Ohada

Avec une population qui devrait passer de 1 milliard aujourd’hui à 1,5 milliard d’ici 2035, le potentiel économique de l’Afrique est en plein essor. Selon la Banque Mondiale, le PIB global en Afrique sub-saharienne atteignait 1,29 milliards de dollars en 2012, et le Fonds Monétaire International prévoit que son taux de croissance atteindra 6 pour cent en 2014. L’Afrique francophone, et plus particulièrement la zone OHADA qui couvre 17 pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique Centrale, a le potentiel pour attirer l’intérêt grandissant des investisseurs.

A la suite de son adoption par le Conseil des Ministres de l’OHADA, la réforme de l’Acte Uniforme relatif aux Sociétés Commerciales et au Groupement d’Intérêt Economique (« R-AUSC ») a été publiée au Journal Officiel de l’OHADA le 4 février 2014 et entrera en vigueur le 5 mai 2014.

Le R-AUSC est très largement inspiré du droit des affaires français et de sa pratique et va fortement renforcer la fiabilité et la flexibilité de la structuration des investissements au sein des pays membres de l’OHADA. Il sera particulièrement intéressant pour la structuration des joint-ventures, mais aussi des opérations sur le capital. Il pourra être combiné aux outils et mécanismes historiques généralement utilisés dans le contexte des transactions internationales.

Tour d’horizon des points clés de la réforme

Améliorations législatives Exemples d’outils innovants et de futures pratiques facilitées
Création d’une nouvelle forme de société, élaborée sur le modèle d’une société à responsabilité limitée contractuelle française, la SAS, plus flexible Différentes structurations contractuelles possibles, ex. : gouvernance, transfert d’actions, etc.
Mise en place d’un nouveau régime d’actions de préférence Possibilité de créer différentes catégories d’actions avec différentes catégories de droits préférentiels, ex. : droits politiques, droits économiques, etc.
Création de nouvelles catégories de valeurs mobilières : obligations convertibles et autres valeurs mobilières composées Nouvelles possibilités en termes de financement, qui se rapprocheront de ce qui existe déjà sur d’autres marchés.
Attribution d’actions gratuites aux dirigeants et employés Possibilité d’attribuer des actions gratuites selon leurs performances à des dirigeants ou employés. Cela se rapproche de ce qui existe déjà sur d’autres marchés et pourra attirer des employés ou dirigeants expatriés.
Modernisation de certaines règles de gouvernance, y compris la présence à des réunions par vidéoconférence Amélioration du processus décisionnel, en particulier pour les investisseurs étrangers aux conseil d’administration et assemblées générales.

1. Une nouvelle société contractuelle plus souple : la « SAS »

Le R-AUSC introduit une nouvelle forme de société à responsabilité limitée, la SAS, qui, de notre point de vue, constitue une avancée dans la structuration des sociétés en droit OHADA et une amélioration significative pour les investisseurs. Cela devrait permettre l’établissement de structures similaires à celles existant déjà sur d’autres marchés plus matures.

En effet, la SAS offre une grande liberté aux associés dans l’organisation de la gouvernance de la société et leur permet d’adapter les statuts de la SAS à leurs besoins précis (tels que la structure des organes de gouvernance, les règles qui leurs sont applicables et les pouvoirs des actionnaires). Il n’y a qu’une seule condition, la SAS doit être représentée par son Président.

Outre cette possibilité d’adapter les statuts de la SAS, le R-AUSC prévoit que la violation d’une stipulation essentielle des statuts de la SAS se traduira par la nullité de l’action ayant causé la violation ainsi qu’un droit à une exécution forcée (plutôt qu’un simple droit à des dommages et intérêts), ce qui signifie que les associés pourront ainsi compter sur leur accord contractuel initial. Cela peut, dans une certaine mesure, limiter l’intérêt d’un recours à un pacte d’actionnaires sauf si certains points spécifiques doivent demeurer confidentiels. Il est d’ailleurs à noter que la validité des pactes d’actionnaires est désormais reconnue expressément sous réserve de leur conformité au R-AUSC et aux statuts (qui doivent eux-mêmes se conformer aux dispositions du R-AUSC, sauf disposition contraire).

Voici quelques unes des caractéristiques de la SAS que nous utilisons fréquemment dans la pratique :

  • Capital social et valeurs mobilières : aucun capital minimum n’est requis, et il n’y a pas de valeur nominale minimale des actions. La SAS peut émettre diverses formes de valeurs mobilières, y compris des actions de préférence et des valeurs composées (voir ci-dessous). Contrairement à la SA, la SAS ne peut ni faire appel public à l’épargne ni être cotée.
  • Représentation de la SAS : la SAS doit avoir un Président, qui peut être une personne morale (représentée par une personne physique) ou une personne physique, investie des pleins pouvoirs de gestion. Ces pouvoirs de gestion peuvent être limités par les statuts, mais comme pour une SA, lesdites restrictions ne sont pas opposables aux tiers.
  • Questions relatives à la gouvernance : à l’exception de certains domaines réservés aux associés, tels que l’approbation des comptes, les augmentations ou les réductions de capital et les fusions, les statuts peuvent librement répartir les pouvoirs entre les associés et les organes sociaux et déterminer les conditions de quorum et de majorité requises pour les assemblées générales. Ceci permet la mise en place de domaines de compétences réservés et de droits de véto qui ne seraient pas permis dans une SA, autrement que par le biais de règles de majorité au conseil d’administration. En outre, les statuts peuvent également prévoir des droits de vote multiples attachés à certaines actions, sans restriction du nombre de droits de vote accordés. A l’inverse, seuls des droits de vote double sont autorisés dans une SA (voir ci-dessous).
  • Restrictions à la cession des actions : les restrictions à la cession d’actions sont librement déterminées par les statuts. Permettant d’adapter le capital de la société à ses investissements et à sa stratégie, ce mécanisme est fréquemment utilisé en pratique, notamment dans les joint-ventures, consortiums, ou prises d’intérêts minoritaires et ce, que ce soit dans le cadre d’opérations de « private equity » ou de placements privés.
  • Gouvernance : enfin, les statuts peuvent prévoir d’autres organes de gouvernance, comme un conseil d’administration, des comités, un directeur général ou encore un directeur général adjoint. Mais le Président demeure dans tous les cas le représentant légal, il est doté des pleins pouvoirs pour engager la société, nonobstant toute disposition contraire prévue dans les statuts.

2. Introduction de nouveaux types de titres pour les SA et les SAS

2.1 Actions de préférence1

L’introduction d’actions de préférence permettra de couvrir un large éventail de structures adaptées à des investissements spécifiques. La notion d’action de préférence recouvre notamment les actions sans droit de vote, les actions avec droit de vote double, les actions conférant des avantages particuliers relatifs aux dividendes (dividende prioritaire, dividende non proportionnel) ou un droit spécial à l’information, de manière temporaire ou permanente. Les actions de préférence peuvent ne bénéficier qu’à certains actionnaires, sous réserve d’une procédure spécifique. Cependant, le nombre d’actions sans droit de vote ne peut excéder plus de la moitié du capital social. Outre la structuration de transactions d’investissements privés telles qu’observées dans d’autres juridictions, le mécanisme des actions de préférence devrait être un instrument utile pour les participations gratuites dites de « free-carry » (non-contributive, non diluable) accordées aux entités publiques, notamment pour les projets de ressources naturelles.

2.2 Valeurs mobilières composées

Le R-AUSC introduit diverses formes de valeurs mobilières composées pouvant être émises à la fois par une SA et une SAS et clarifie une position qui avait été déduite du précédent Acte Uniforme sur les Sociétés. Ceci devrait être un outil important pour le financement des sociétés de droit OHADA, notamment dans le contexte des prédictions de croissance du « private equity » au sein de la région.

Un certain nombre de titres convertibles en actions ou autre sont désormais clairement envisagés tels que les obligations convertibles en actions, les obligations à bons de souscription d’actions et les obligations remboursables en actions. La structuration des financements complexes qui existent sur les marchés matures impliquant des dettes mezzanine et des dettes subordonnées sera ainsi facilitée ; en cas de situation d’insolvabilité, les obligations bénéficient d’un droit de priorité sur les actions, et il est désormais possible de prévoir, dans les statuts, différents rangs pour les catégories de titres émis.

2.3 Une gouvernance motivée par l’allocation gratuite d’actions

Les SA et les SAS peuvent désormais attribuer des actions gratuites aux salariés et aux dirigeants, en vertu d’un régime proche de celui du droit français. Le nombre total d’actions gratuites pouvant être attribuées ne peut excéder 10 pour cent du capital social de la société. Les salariés doivent conserver leurs actions pendant au moins deux ans ou pendant une durée supérieure prévue par une décision d’assemblée générale des actionnaires, alors que les dirigeants doivent conserver l’intégralité, ou dans certains cas une partie, de leurs actions jusqu’à la cessation de leurs fonctions.

Cet outil, utilisé sur le marché français, permet aux sociétés d’attirer et de motiver certains dirigeants et employés, y compris les cadres et dirigeants accoutumés à ce type d’incitations.

3. Extension des restrictions à la cession d’actions au sein de la SA

Outre le cas de la SAS, où les restrictions à la cession d’actions sont librement déterminées par les statuts, les limites à la libre cession des actions au sein d’une SA sont élargies.

La validité des clauses d’inaliénabilité est expressément reconnue, à la condition que la durée n’excède pas dix ans et que le recours à une telle clause soit justifié par un motif sérieux et légitime. Cette dernière exigence n’existant pas en droit français, sa signification et son impact restent à évaluer.

De plus, alors que la possibilité de prévoir un droit d’agrément n’est maintenue que pour les sociétés non cotées, la validité des clauses de préemption est désormais reconnue.

L’un des apports les plus importants du R-AUSC est la clarification du régime d’opposabilité de ces clauses : tout transfert fait en violation de ces dispositions sera annulé si la stipulation concernée figure dans les statuts ou s’il est démontré que le cessionnaire en avait ou aurait dû en avoir connaissance en vertu d’un pacte d’actionnaires. Il était soutenu que cela était déjà le cas auparavant, mais en l’absence de disposition expresse ou de jurisprudence, une incertitude régnait. La réforme fournit donc une certitude quant à l’opposabilité de ces clauses, souvent utilisées en pratique.

4. Autres apports du R-AUSC

    • Utilisation de la vidéoconférence : la possibilité de recourir aux nouvelles technologies pour convoquer des réunions, participer et voter aux assemblées d’actionnaires et aux réunions du conseil d’administration est désormais admise pour toutes les catégories de sociétés à condition que les statuts le permettent et sous réserve de certaines restrictions. Cette reconnaissance vient consacrer la pratique et est particulièrement appréciable dans un contexte d’investissements internationaux.

 

    • Extension du contrôle des conventions règlementées : le champ des conventions réglementées est étendu, dans les SA et SAS, aux conventions entre la société et les actionnaires détenant une participation supérieure à dix pour cent du capital de la société ainsi qu’aux conventions auxquelles ces actionnaires pourraient être intéressés.

 

    • Augmentation de capital et délégation de pouvoirs : les actionnaires d’une SA peuvent déléguer au conseil d’administration la compétence de décider de l’augmentation de capital (dans les limites et conditions fixées par les actionnaires et pendant une durée limitée).
    • Formalités de création : le R-AUSC prévoit que les formalités peuvent être accomplies en ligne. L’application concrète de ces dispositions reste à démontrer dans la mesure où les divers registres des sociétés (tels que le Registre du Commerce et du Crédit Mobilier) n’ont pas encore été informatisés alors même que cette possibilité est déjà autorisée par les Actes Uniformes. Toutefois, le recours à un notaire reste obligatoire pour établir et modifier les statuts de la société2.

 

Perspectives

Le R-AUSC constitue indubitablement une étape significative démontrant la volonté des Etats membres de l’OHADA d’adopter un régime juridique plus moderne en faveur des sociétés.

Afin que le nouveau régime juridique du R-AUSC soit un succès, certaines étapes supplémentaires sont nécessaires. Le RCCM, qui sera responsable de l’immatriculation des créations de sociétés et des transformations de sociétés existantes, jouera un rôle clé. La jurisprudence et la pratique joueront également un rôle important pour clarifier certaines dispositions nouvelles.

Télécharger l’article

[1] Auparavant et sous le régime de la SA, il n’existait que des droits de vote double pour les actions détenues depuis au moins deux années. Les catégories d’actions conférant des avantages particuliers étaient également prévues mais il existait une incertitude quant au caractère opposable de certains montages en l’absence de précisions sur la nature des droits susceptibles d’être accordés. Le R-AUSC offre donc plus de possibilités et réduit les incertitudes.

[2] Il s’agit de l’une des raisons du retard dans l’adoption de la réforme, puisque cette obligation avait d’abord été supprimée avant d’être réintroduite à la suite de vives contestations des parties intéressées. C’est un point à garder à l’esprit compte tenu des frais ad valorem qu’il implique.

La lettre d’un détenu à sa femme

prisonUne nuit nous sépare

 

Le 13 février 1988, tu as quitté ta maison, blessé en fabriquant une bombe, et on t’a mis en cellule pour 24 ans. Cela n’a pas été long Rawhi. Ce n’était pas trop. Penses-tu que la patience a raccourci les années ? Si tu n’avais pas eu des cheveux blancs et la capacité de compter, nous dirions qu’elles ont passé rapidement, comme si elles avaient été des journées. Que les gardiens aiment cela ou pas, les années ont passé rapidement. J’ai attendu un jour qui est devenu réel grâce aux héros qui ont répondu à ta confiance. Les gens pensent toujours à toi. Ceux qui disent qu’ils ont oublié notre douleur se trompent. 

C’est un bel arrangement, aussi chaud à mon cœur que la patience avec laquelle j’ai cru et avec laquelle j’ai gravi de hautes montagnes. Rien ne pouvait m’ennuyer, ni la punition infligée par le gardien, ni le fait d’être en cellule d’isolement. Le Saint Coran était entre mes mains. Je le tenais très fort et je souriais. Je dormais confortablement, puis la victoire est venue. La victoire qui a éclairé des ténèbres de 24 années.

Je pense à tes souffrances depuis notre mariage, voici 24 ans. Tu étais toujours une épouse et il s’était écoulé six mois depuis notre mariage. Tu as eu la même patience que la mienne. Je savais alors qui tu étais, entre les femmes, et je suis impatient de te voir, maintenant que la liberté approche.

Une nuit me sépare de toi. Pourquoi ne veut-elle pas finir me demandais-je. Est-ce parce que c’est la dernière nuit Abu Jamal ? Ou est-ce simplement ton impatience de voir une femme qui n’est entrée dans ta vie que pendant six mois, que tu as laissée se raccrocher à la patience jusqu’à ce qu’elle la pratique au-delà de tout ce que tu aurais pu imaginer ? Je t’ai envoyé un mot, Umm Jamal, depuis ma dernière nuit en prison : « Allah est Grand. »

Combien de fois t’es-tu réveillée, Umm Jamal, emplie de nos rêves et souvenirs, essuyant sur tes joues les larmes de la solitude ? Combien d’heures as-tu passées à considérer les années sacrifiées à Dieu ? Quel grand cœur tu as ! Quel beau corps que celui qui t’a portée ! Il est temps de nous voir à nouveau, après que les cheveux sont devenus blancs et que ma jeunesse s’est envolée, mais ma fidélité, mon engagement, mon honnêteté, mon humanité, mon héroïsme  et mon sacrifice sont toujours là.

Umm Jamal, il n’y a pas un seul endroit de mon corps qui n’ait été affecté par les coups du geôlier. Mes yeux voient toujours l’obscurité des cellules. Mais ton souvenir n’a jamais quitté mon corps. Tes paroles, la détermination dans ton regard et tes fidèles prières pouvaient guérir mes blessures. Et je compte encore les jours et les nuits qui s’écouleront avant que je ne te voie à nouveau. Combien de temps cette nuit va-t-elle durer ?

Je regarde autour de moi au moment où je quitte la prison et je vois mes compagnons prisonniers, avec qui j’ai partagé un oreiller et un plat, rester en arrière. Nous étions patients. Mon cœur est rempli de douleur, pourtant je regarde vers l’avant, vers celle que j’aime. Ainsi, je souris malgré la tristesse qui a fait son nid au fond de mon cœur brisé.

Comme je suis transféré d’une section à l’autre de la prison, je cherche plus de patience encore. Parmi toutes les pensées de mon cœur, la résistance, la liberté et la victoire sont toujours les plus importantes. Je veux les porter sur mes épaules pour le restant de mes jours, jusqu’à ce qu’elles se soient réalisées.

Te rappelles tu Umm Jamal, quand je t’ai dit de mettre un terme à ton mariage avec moi et de recommencer ta vie ? Te souviens tu de ce que tu m’as dit ? « je t’attendrai jusqu’au dernier jour de ma vie. » Mon admiration de plus en plus grande pour toi me stimule à imiter ta patience et ta force, de sorte que ma force devienne l’égale de la tienne.

Maintenant je descends du bus des prisonniers au carrefour de Rafah. J’ai les mains qui tremblent lorsque mes pieds font leurs premiers pas sur la terre de la liberté. Je cherche ton visage parmi la foule. Je souris quand tu es devant moi, forte et patiente. Tu m’adresses un salut militaire, puis me tombe dans les bras, rejetant de côté une douleur de 24 années, forte, patiente attendant la récompense de Dieu.

Je sais que tu es la meilleure femme du monde.

 

Compaoré : un burkina en alerte ?

Cela n’est plus un secret d’État, Blaise veut bien briguer un mandat supplémentaire.Cela , par la révision constitutionnelle. Si la constitution prévoit cette révision, alors la révision sera donc légale.Mais est ce que cette constitution interdit Blaise de  se présenter ?

Le Burkina a t-il réellement d’opposants ?

Sur quoi compte Blaise pour briguer ce mandat de plus ?

Mais , là n’est pas la question.La véritable question est de se demander si l’opposition peut s’entendre aujourd’hui même si Blaise délaissait le pouvoir ?

Apparemment la soif du pouvoir n’est pas seulement au niveau de la majorité , mais aussi au niveau des deux clans.

Depuis ce matin sur certains sites internets , on peut lire :

Plusieurs centaines de milliers de Burkinabés – un million selon les organisateurs – sont descendus dans les rues de Ouagadougou, mardi 28 octobre, pour protester contre la décision du gouvernement de procéder à une modification de la Constitution qui permettrait au président Blaise Compaoré, au pouvoir depuis vingt-sept ans, de briguer un cinquième mandat en 2015.

Lors de cette manifestation, d’une rare ampleur en Afrique subsaharienne, les manifestants arboraient des pancartes portant les slogans « Judas, libérez les lieux », « Blaise dégage » ou encore « Article 37 intouchable ».

Les manifestants ont mis le feu à des pneus et jeté des pierres au cours de la confrontation. Dans la nuit, des barricades ont été érigées sur la principale route du pays, la nationale 1, après des heurts entre des gendarmes et des protestataires.

Le chef de file de l’opposition, Zéphirin Diabré, a cependant salué le « succès énorme, phénoménal » de la marche. Bénéwendé Sankara et Ablassé Ouédraogo, deux présidents de partis d’opposition, ont évalué le nombre de manifestants à « un million ».

Le saviez vous?

Depuis un bon moment, des occidentaux affluent le continent africain.Ils viennent généralement de la France,de la Chine,des Etats unis pour venir se reconstruire en Afrique.Une concurrence sur le marché devient alors rude.La complexité des africains face à la couleur de la peau de ces occidentaux font qu’on leur attribue une valeur ajoutée crédible qu’ils n’ont pas pu décrocher chez eux.
Ce qui entraine automatiquement une crise au plan du développement local.Aujourd’hui, les Français par exemple ont élu domicile dans plusieurs pays en Afrique avec à leur compteur un emploi ou du moins un poste de responsabilité dans une entreprise.Les africains se sont toujours sous estimés face à ces Hommes dont la couleur de leur reste contraire au noir. »Le blanc est un génie  » dit-on.
Aujourd’hui, il serai mieux de dire : » le blanc était un génie  » ,tout simplement parcequ’ils n’ont plus rien à inventé.
Saviez vous que l’ordinateur numérique a été inventé par des africains?
D’ailleurs voyons un peu ce que les africains ont inventé :
on en compte plus de 140 des INVENTIONS « NOIRES » principales.On a mit en MAJUSCULES, comme ça, on voit mieux, même dans l’obscurité ou par manque de lumière lumineuse :LA LAMPE ELECTRIQUE(justement),L’ANTENNE PARABOLIQUE, L’AIGUILLAGE DES TRAINS, L’EXCAVATRICE DES POMMES DE TERRE, CAPSULES DES BOUTEILLES ET JARRES, BIDON (JERRICANE), PANNEAU DE PROTECTION DES LITS,MOTEUR A COMBUSTION, MASQUE A GAZ, BOUCHE DE SECOURS INCENDIE, LA CHAISE BALANCOIRE, CHARPENTE METALLIQUE (DE VOITURE), TABLE DE CUISSON A VAPEUR, LENTILLES DE PROTECTION DES YEUX, L’ASCENSEUR,LE TAILLE CRAYON, LES MANEGES POUR DIVERTISSEMENT, LA CHEMINEE DE LOCOMOTIVE,LA LANTERNEou LA LAMPE TEMPETE, LE PIANO MECANIQUE, LA BALANCE PORTABLE,LES W.C ( TOILETTES ), LE CACHET ET LE TAMPON , LE REFRIGERATEUR ( FRIGO ),L’INTERRUPTEUR ( LE COMMUTATEUR ), LE REVELATEUR PHOTOGRAPHIQUE,LA GALOCHE ( COUVRE CHAUSSURE ), LA MACHINE A COMPOSTER,LE BALAI-LAVEUR, LA MACHINE A ECRIRE, LE PROTEGE-DOCUMENT ( papiers ), LE SYSTEME D’ALARME DES TRAINS, LA TERRINE ou LA MOULE A GLACES , LE SECHE-LINGE ,LA PEINTURE ET LES COLORANTS, LES FREINS DE VOITURE, LE STYLO PLUME A RESERVOIR,LE TUNEL POUR TRAIN ELECTRIQUE, LE FEU DE SIGNALISATION,LA GUITARE,LA BOITE AUX LETTRES,LE PEIGNE A CHEVEUX, LE TROLLEY ELECTRIQUE SUR RAIL, LES COUPES-BISCUITS MECANIQUES, LE FOUETBATTEUR D’ŒUFS , LA TABLE DE REPASSAGE, LES ROTATIVES DE PRESSE (imprimerie), LE SYSTEME DE SECURITE DESASCENSEURS,LA BALAYEUSE DES RUES,LE PORTE-BAGAGES DU VELO, LES SYSTEMES ET LES APPAREILS TELEPHONIQUES, LA TONDEUSE A GAZON, LES POUBELLES (bac à ordures) , LA PRESSE A AGRUME, LE THERMOSTAT, LE CADRE DU VELO, LE FER ACHEVAL, LE LANDAU (poussette),LE PIEGE A RAT AUTOMATIQUE,LA MOISSONNEUSE-BATTEUSE,LA SELLE DE CHEVAL, LE MORS DE CHEVAL, LE COUVRE SABOT (pour chevaux), LA CROSSE DE GOLF, LE CONDITIONNEMENT D’AIR (split), LA GACHETTE DE FUSIL (le détonateur), L’ARROSOIR DE GAZON, LE TELEGRAPHE DES CHEMINS DE FER, LES APPAREILS de TRANSMISSION de messages via l’électricité, EXTINCTEUR DE FEU, LE LIT PLIANT,LES TRINGLES DES RIDEAUX, LAVE-VITRES ELECTRIQUES, LA MOISSONNEUSE, LE DIRIGEABLE,LA RAMASSEUSE DE COTON, LES LUBRIFIANTS DE MOTEURS,BANDE MAGNETIQUE D’ORDINATEURS,ANTENNE DE DETECTION PAR RADARS, ENGINS DE LEVAGE et MONTE-CHARGE, LA CELLULE ELECTRIQUE GAMMA, LE SYSTEME DE REFRIGERATION (FRIGO et CONGELATEUR),LA SIGNALISATION (balises d’aéroport, grues, immeubles,…),DOSAGE DE LA MELANINE,LE SHAMPOING,LE VINAIGRE, LA FARINE : à partir de la pomme de terre, L’ENCRE : à partir de la pomme de terre, LE TAPIOCA : à partir de la pomme de terre, L’AMIDON : à partir de la pomme de terre, LE CAOUTCHOUC SYNTHETIQUE, LA CONSERVATION DES ALIMENTS, LA STERILISATION DES ALIMENTS, SYNTHESE DE LA PROGESTERONE, SYNTHESE DE LA CORTISONE, SYNTHESE ORGANIQUE DE LA PHEROMONE : inventée par Bertram OliverFraser-Reid, FILAMENT DE CARBONE : pourla lampe à incandescence, RHEOSTAT FIABLE, TROISIEME RAIL : pour le métro, UNE COUVEUSE ARTIFICIELLE, PACEMAKER,OPERATION A CŒUR OUVERT, TRAITEMENTdes MALADIES VENERIENNES , CONSERVATION DU SANG, LA POLYTHERAPIE (utilisation de la chimiothérapie contre le CANCER), TRANSPLANTATION du REIN, MACHINE A MONTER LES EMPEIGNES (soulier),FIXATEUR POUR CHEVEUX, ANEMOMETRE, CAMERA-SPECTROGRAPHE (transporté par Apollo 16).
Alors l’africain est un génie et non le blanc.
Il faudrait que la jeunesse africaine prenne conscience et croit en elle même et non au couleur de peau des occidentaux. Le saviez vous?

Hommage à François Mensah

Hommage au Journaliste François MENSAH

Qui est tu homme de presse ?

Hommage à François Mensah

Tu disparais un 1er Octobre

Surnommé  » le DUR » de part ta rigueur , ton charisme ,ton éloquence,

Toi que enfants , jeunes et adultes suivaient tous les jours à canal 3

D’abord tu apparais  sur les écrans de la chaîne de télévision Canal 3 Bénin  (du groupe de presse Fraternité) avec l’émission Canal Sport, tu es très vite devenu l’un des journalistes les plus en vue de la chaîne. Ton parcours au sein du groupe de presse Fraternité est digne d’un homme qui connait son métier et qui l’exerce avec un professionnalisme dont lui seul avait le secret.Comme le disais l’autre , tu avais ce don en toi .Ce génie était juste en toi.

Tu a été le premier présentateur de l’émission Canal Sport qui est diffusée les lundis à 21h. Pendant très longtemps, tu as formé avec ton expérience des gens  comme Sulpice Oscar Gbaguidi, Franck Darius DADE, Narcisse ALLOSSE ou encore Sèïdou Akimey OSSENI. Tu as reçu à plusieurs reprises le très convoité prix du meilleur journaliste audio visuel  lors  des Oscars des sportifs béninois.

Mieux encore tu t’es transformé en politologue en animant Actu matin que plusieurs personnes suivent de part le monde entier.Tu n’as jamais caché tes opinions.La vérité , tu la disait toute crue.A qui l’entendre  tu arrivais à conscientiser plus d’un.Les jeunes , les femmes aux foyers,les hommes politiques et j’en passe.

Tu étais comme on le dit si bien : Le tous pour un.

Tu auras fais en si peu de temps ce que pendant 20 ans et plus certains journalistes africains n’ont pas pu faire.Tu avais ce don.Tu as aidé des jeunes du club Émeraude pour savoir que dans la vie il ne faut compter que sur soi et non sur les autres.

Prophète , l’on te prêtera ce nom car les prophètes viennent et ne font qu’un laps de temps.Tu l’as prédit dans ta chronique «  Le royaume des ingrats « .

Qu’il me plaise de te demander comment tu avais eu ces inspirations .La totalité de tes chroniques portaient sur des sujets d’ordre  social.

Eh oui , un homme vient de tirer son chapeau.Tu viens de prendre ton billet sans retour vers le royaume des cieux .Une autre mission encore t’attends au delà.

Tu as rallongé la liste de ceux là qui sont morts à 32 ans et qui ont laissé derrière eux un héritage plus que matériel.

tes chroniques ton franc parler direct … tu nous enseignais et du nous faisais vraiment rire

J’aurais été là j’écrirai dans ton livre de condoléance : « Il était une une fois des ondes FM la voix de François Mensah est devenue réelle sur les écrans plasmas » ou sur la tombe je mettrai en épitaphe   » ici vit un homme journaliste humble qui s’est battu pour la cause de sa nation et des citoyens d’une nation: François Mensah dit le Dur.

Adieu François , on se reverra au pays des hommes perdus………

RIP

Hommage à François Mensah

the trust continued

 

 

Cybercriminalité les pays en hausse

cybercriminalité       Depuis bientôt 10 ans le phénomène de la cybercriminalité prend de l’ampleur dans les pays de l’Afrique de l’ouest.Escroquerie de tous genres, vous deviendrez un aventurier de la cybercriminalité.Après une enquête menée par le Centre de Recherches de Documentations et de Sondages d’Opinions , la cybercriminalité aurait pris de l’ampleur tout simplement parce que le chômage persiste dans les pays africains et que les États n’ont pas une politique adéquate pour faire baisser le taux de chômage.

Des diplômés sans emplois sont généralement les plus brillants que l’État délaisse dans les rues au profits des plus médiocres qui en général sont des jeunes filles qui échangent leur intimité pour rompre avec le chômage, ou des femmes mariées qui préfèrent signer le pacte de l’adultère afin  de faire face à des charges matrimoniales.Voilà donc ce qui justifie le fait que parmi les cybercriminels vous y compterez 1 femme sur 100.

Par contre dans les pays comme le Cameroun , les femmes représentent près de 10/100 des agents liés à la cybercriminalité.Au Nigeria cette proportion est de 25/100 .

Malgré les diverses dispositions prises par les États , le mal va de mal en pire. Voici la liste des 05 premiers pays  avec le prix noble de la cybercriminalité.( Terme en pourcentage de la population)

– Cameroun                           38/100

– Nigeria                                 32/100

– Cote d’ Ivoire                  17/100

– Bénin                                 08/100

– Togo                                  05/100

 

Ebola , le virus de la nouvelle guerre

Depuis des mois , le virus est resté sans remède.Il a fallu que deux américains soient atteint de ce virus et rapidement un traitement test leur a été administré et ces deux américains sont redevenus comme si de rien n’était.

Qu’on fait les africains pour additionner au jours le jours les victimes de ce virus fabriqué ?

Qu’est ce qui est caché derrière ce virus ?

Après avoir pillé les richesses des pays africains pour s’enrichir , ces occidentaux ont une idée , celle de d’exterminer la population africaine afin de s’en accaparer  de leur terre comme si les guerres monstrueuses qu’ils essaient de créer  ne les suffisaient pas: Centre Afrique , Congo Démocratique , Mali …..

Ils ont le sérum ou le vaccin de ce virus mais ils ne veulent pas le mettre à la disposition de la population souffrante.Ils attendent que ce virus atteigne une proportion considérable pour pouvoir le commercialiser comme des sandwichs , ou des paquets de chocolats.Comme  les africains sont des consommateurs , ils consommerons toujours ce qui vient des occidentaux.

Cuba a décidé d’envoyer des médecins en Sierra Leone, voilà un signe humain.Tandis que Obama pense envoyer 3.000 (si je pense bien) militaires.Mon cher Obama Ebola is not a terrorrist , please we don’t need guns in ours countries………

Aviez vous envie de créer une guerre ?

A qui la faute ?

A nos chefs d’états qui au lieu de faire face aux sérieux problèmes de la populations , préfèrent mendier comme des gamins ,ou comme des talibets.Quand pourront – ils prendre des décisions qui iront vers le développement de leur pays.Tout simplement ils ne sont pas sur de leur électorat et savent que leur  chaise bascule.

A nos chercheurs

Qui préfèrent travailler pour ces occidentaux en oubliant que ces occidentaux tiennent plus qu’à leur patrie qu’à eux.

Bientôt un sondage sera publié pour savoir ce qu’en pense le peuple africain sur ce phénomène ebolastique.